Halloween, néopaganisme, wicca, Schiappa, Chollet, et église de satan

Alors que depuis 1789, et même avant déjà, les francs maçons, païens, sorciers, les gnostiques, et les élites juives imprégnées de kabbale, essaient de faire disparaître les fêtes chrétiennes, on voit se développer la sorcellerie notamment à travers d’anciennes fêtes païennes comme Halloween issue de la fête de Samhain. C'est l'un des festivals gaéliques, avec Imbolc, Bealtaine et Lughnasadh. En ce qui concerne l’histoire ancienne, en 300 ans avant J.-C., une société de prêtres tenait sous son emprise le monde celte. Chaque année le 31 octobre, ceux-ci célébraient en l'honneur de leur divinité païenne Samhain (ou Samain), un « festival de la Mort ». Des prêtres se déplaçaient de maison en maison, réclamaient des offrandes pour leur « dieu », et exigeaient des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur cette maison, d'où le "trick or treat", c'est-à-dire malédiction ou présent (cadeau).

Cette maudite coutume est arrivée aux Etats Unis, par le biais des colons. Parmi les activités contemporaines liées à Halloween, les enfants se déplacent de maison en maison et demandent des friandises avec la phrase "Des bonbons ou un sort" (trick-or-treat), comme une manière de préparer les esprits encore davantage à la sorcellerie. Soulignons que les néopaïens et les wiccans fêtent Samhain. Il est plus qu’évident que le paganisme et la sorcellerie prennent de plus en plus de place dans nos sociétés, pour éloigner les gens du Catholicisme et du Christianisme, pour les amener progressivement vers les sciences occultes, et le satanisme, comme c’est déjà le cas aux USA, où de nombreuses églises de satan ont pignon sur rue.

En France et en Europe, les satanistes sont plus discrets même s’ils restent très actifs.

Ceci dit, en France, Marlène Schiappa avouait récemment son goût pour la sorcellerie, en disant : "Dans mon village, les mythes et la magie font partie de nos légendes depuis toujours. On y pratique encore parfois des rituels pour enlever le mauvais œil".

« Mona Chollet a très bien décrit l’approche de la sorcellerie comme puissance féminine, le succès de son livre n’est pas anodin », a-t-elle déclaré.


Mona Chollet est née à Genève en 1973, et elle est depuis 2016, chef d'édition au journal de propagande Le Monde diplomatique.

En septembre 2018 paraissait le livre de Chollet intitulé Sorcières qui établit un lien entre les sorcières de la Renaissance et de l'Époque moderne, ainsi que les femmes qui aujourd'hui ont recours à des méthodes de contraception, et pratiquent des avortements. En effet, nous retrouvons le meurtre des enfants dans les rituels de sorcellerie, offerts en sacrifice à des démons ou des faux dieux.

Le sabbat des sorcières (El Aquelarre ) est une huile sur toile de 1798 de l'artiste espagnol Francisco Goya, aujourd'hui au Musée Lázaro Galdiano, Madrid. Nous voyons un groupe de sorcières entourant un grand bouc qui symbolise le diable, lui offrir en sacrifice des enfants. J'ai consacré un chapitre entier à Goya et les "peintures noires" de la "Maison du sourd" dans mon ouvrage "Le nouvel ordre mondial démasqué".

Chollet a évidemment été l'invitée des grands média pour présenter son livre...


Chollet est notamment influencée par Starhawk (née Miriam Simos en 1951) une militante "écoféministe" néopaïenne américaine et une sorcière, qui a eu une grande influence sur la Wicca féministe américaine.

Starhawk est né en 1951 à Saint Paul, Minnesota. Son père, s’appelait Jack Simos, et sa mère, Bertha Claire Goldfarb Simos, était professeur à Université de Californie, Los Angeles (UCLA). Ses deux parents étaient les enfants d'immigrants juifs de Russie.

Starhawk a reçu un BA en Beaux-Arts de UCLA, et en 1973, alors qu'elle était étudiante en cinéma là-bas, elle a remporté le "Samuel Goldwyn Writing Award" pour son roman, A Weight of Gold, une histoire sur Venise, en Californie, où elle a ensuite vécu. Elle a obtenu une maîtrise en psychologie, de l'Université d'Antioche Ouest en 1982, puis est devenue active dans la communauté "Neopagan" de la baie de San Francisco, et s'est formée avec Victor Anderson et sa femme Cora, fondateurs de la sorcellerie « Feri Tradition » en Californie dans les années 1960.

La « tradition Feri » a des influences très diverses, telles que la Huna, le Vodou, "Faery lore", la Kabbale, la spiritualité afro-américaine Hoodoo, le Tantrisme et le Gnosticisme.

Vers 1960, le couple Anderson a fondé un coven (groupe de sorciers), le nommant "Mahealani", d'après le mot hawaïen pour la pleine lune. Tout au long de la fin des années 1950 et au début des années 1960, les Anderson ont initié un certain nombre d'individus dans le coven. L'un d'eux était Gwydion Pendderwen, un ami de leur fils qui partageait leur intérêt pour l'ésotérisme particulièrement influencé par la mythologie galloise, qui lors d'une visite en Grande-Bretagne, a passé du temps avec les « Wiccans d'Alexandrie » Alex Sanders et Stewart Farrar, introduisant ensuite divers éléments de la "Wicca alexandrine" dans la « Feri Wicca ».

Ci-dessus: la sorcière Starwhawk


Starhawk a incorporé des idées de la "tradition Feri" lors de la création de « Reclaiming » une forme de sorcellerie moderne, visant à combiner le mouvement dit de la Déesse, avec le féminisme et l'activisme politique.


Starwhak s’est aussi formée avec Zsuzsanna Budapest, une féministe impliquée dans la « Dianic Wicca », dont la mère, Masika Szilagyi, était une médium et une sorcière.


Starwhak a écrit un livre, The Spiral Dance, sur la religion de la déesse, et Carol P. Christ a inclus un article sur la sorcellerie et le mouvement de la déesse dans l'anthologie Womanspirit Rising (1979). Carol P. Christ a mis Starhawk en contact avec un éditeur de Harper & Row, qui a publié son livre.


En 1979, en partie pour commémorer la publication de son livre The Spiral Dance, Starhawk et ses amis ont organisé une célébration publique de la fête néopagan de Samhain (Halloween).


La diffusion de la sorcellerie n’est pas quelque chose d’anecdotique, loin de là ! Il est urgent de dénoncer cette propagande qui touche de plus en plus les enfants et les jeunes.


Starhawk a enseigné dans plusieurs écoles de la baie de San Francisco et des universités, dont l'Université John F. Kennedy, Université Antioch Ouest, l'Institut de la Culture et création Spiritualité à l'Université Holy Names, et Wisdom University. Elle est actuellement professeur auxiliaire au California Institute of Integral Studies (CIIS) et est actuellement affiliée à United for Peace and Justice, au collectif de formateurs RANT, à Earth Activist Training et à d'autres groupes et sociétés.

Le 28 octobre 2020, s’ouvrira "l’Académie Française des Arts de la Magie" en France! …

Dans un post sur leur page Facebook du 6 avril 2020, on peut lire :


« Enchanteresses, Enchanteurs,

Nous vous annoncions il y a quelques jours notre décision de reporter les dates de la rentrée 2020, initialement prévue du 8 au 11 juillet. (…) Nous avons le frisson et le plaisir de vous annoncer que pour cette première année de réouverture, l’Académie Française des Arts de la Magie vous ouvrira ses portes du... 28 au 31 octobre 2020.

La célèbre magie d'Halloween s'invite dans la plus enchantée des écoles françaises ! (…) Des festivités aux illuminations, préparez-vous à vivre une expérience hors du temps. Encore plus de magie, encore plus de surprises... Un séjour envoûtant vous attend ! (…) Avec nos plus magiques salutations, Les organisateurs »

Ci-dessus, la photo morbide montrant un cimetière dévasté et abandonné pour la présentation de l'ouverture de "l'académie des arts de la magie", sur leur page Facebook.

Voir la page de cette école de "l'académie des arts de la magie", sur Facebook à cette adresse : https://www.facebook.com/academiefrancaisedesartsdelamagie/?__tn__=%2Cd%2CP-R&eid=ARC3gH56pMNYZyr0z0i7MS64Fxmus7nXea1knVkLP1ogx-Z-X9F8rmNbhOnLSQUGaut-vFLQhp29LyEZ

J’ai déjà eu l’occasion de parler de la "Grey School of Wizardry" inspirée sur le modèle d’Harry Potter, spécialisée dans la magie occulte qui est la « première école de sorciers officiellement reconnue comme établissement universitaire », et dont le programme a été encensé par le sorcier et pédocriminel Philip Emmons Isaac Bonewits (1949-2010) qui faisait partie de l’église de satan. Voilà qui nous donne une idée des programmes qui attendent les enfants.

L’industrie du divertissement, les grandes enseignes de la grande distribution, et les média jouent un rôle particulièrement important dans la diffusion de cette fête païenne d'Halloween. De nombreux commerçants, la plupart du temps dans un but lucratif, rivalisent en exposant des horreurs, et des décors les plus macabres les uns que les autres. Notre devoir en tant que chrétiens est de nous opposer à cette montée du paganisme, par l’information, l’évangélisation, le boycott de cette fête abominable et des enseignes qui la mettent en avant.


Je renvoie le lecteur à mon ouvrage (Le nouvel ordre mondial démasqué) où j’ai développé ce sujet de la sorcellerie, notamment à travers l’industrie du divertissement et l’éducation.

Continuons de lutter contre la prolifération des sectes et sociétés secrètes qui pervertissent l’âme des gens déchristianisés par la propagande républicaine et laïciste, ainsi que par l’industrie du divertissement aux mains des satanistes.


Que Dieu vous bénisse mes biens chers frères.

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© 2023 par ÀL'heure. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now