DSK, AIDES, FMI, Lipsky, S&B, Fondation France Chine, Douste-Blazy, SANOFI, Raoult, et Cie

Mis à jour : mai 5

Avant de lire cet article, je renvoie mon lecteur à un autre article publié sur le site noach.es, intitulé Agenda 2020, traitant de l'actualité, des coulisses et de l'agenda qu'il y a derrière le "covid-19" : https://noach.es/category/agenda-2020/?fbclid=IwAR0nwTN67oXeIJ6LIYsonhSklHkJd4x-gL03KCFcabl24_8kImTtEKrjxrc


Tout le monde a déjà entendu parler de Dominique Strauss-Kahn dit « DSK » (né en 1949) économiste « français » qui fut député socialiste à partir de 1986, président de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale de (1988 à 1991), ministre de l'Industrie et du Commerce extérieur (de 1991 à 1993), dans les gouvernements d’Édith Cresson et de Pierre Bérégovoy, et maire de Sarcelles (de 1995 à 1997).

Dominique Strauss-Kahn est le fils de Jacqueline Fellus (1919-2006), journaliste au Populaire, d'origine ukrainienne (Odessa) et tunisienne, et de Gilbert Strauss-Kahn (1918–1992) conseiller juridique et fiscal et membre du Grand Orient de France.

Issu d'une famille juive installée au Maroc en 1951, DSK grandit à Agadir, et sa famille quitta ensuite le Maroc pour Monaco.

C’est d’ailleurs au Maroc que DSK vit luxueusement dans son Riad, avec sa quatrième femme Myriam L'Aouffir qui avait commencé sa carrière à France Télévisions, puis travailla dans le monde de la « philanthropie » avec AIDES intervenant dans la prétendue « lutte contre le sida», en tant que consultante en communication et relations extérieures.



Rappelons que AIDES fut fondé par Daniel Defert (né en 1937) président-fondateur (1984-1991) après la mort de son compagnon, le philosophe Michel Foucault (1926-1984) qui participa notamment avec Gilles Deleuze, à la publication de l'édition française des œuvres complètes de Friedrich Nietzsche chez Gallimard.

Soulignons que Gallimard fait partie du Groupe Madrigall, le troisième pôle éditorial français. Actuellement Antoine Gallimard (né en 1947) est un éditeur et un patron d'entreprise français, président des éditions Gallimard et du Groupe Madrigall.

C’est par le contrôle des grandes maisons d’édition et des différents média que les peuples sont maintenus dans l’ignorance de l’histoire, et de la réalité. Par le biais d’une philosophie nouvelle, les idées libérales ont gagné les esprits. Les plus grandes erreurs comme l’athéisme, le relativisme, l’indifférentisme, le panthéisme, se sont diffusées depuis l’époque des « lumières ».

D’autres erreurs comme le socialisme et le communisme furent aussi dénoncées par le Syllabus de Pie IX, qui accompagnait son encyclique Quanta Cura (1864).

Rappelons que le concile Vatican 2 fut en quelque sorte, un contre Syllabus, comme l’avait dit Joseph Ratzinger, avant de devenir Benoit XVI. Il ajoutait aussi : « c’est pourquoi d’abord en Europe centrale, l’attachement unilatéral, conditionné par la situation, aux positions prises par l’Eglise à l’initiative de Pie IX et de [Saint] Pie X contre la nouvelle période de l’histoire ouverte par la révolution française, avait été dans une large mesure corrigée… ».

Précisément, remontons à cette époque de la Révolution française, et voyons en quoi la remarque de Ratzinger donne un sens terriblement révélateur de la nouvelle église fondée depuis le concile vatican 2.

Gaston Gallimard (1881-1975) avait été le fondateur des éditions Gallimard.

L’arrière-grand-père de Gaston Gallimard, Sébastien Gallimard (1794-1873), avait épousé Eugénie Martineau (1799-1878), petite-fille de Louis-Simon Martineau, avocat, député de Paris aux États généraux et à la Constituante, rapporteur du comité sur la Constitution civile du clergé en 1790.

Défenseur du jansénisme (dénoncé comme hérésie par la bulle Unigenitus Dei Filius du pape Clément XI en septembre 1713), Louis-Simon Martineau fut choisi comme rapporteur du comité ecclésiastique de l'Assemblée nationale constituante présidée par Jean-Baptiste Treilhard. Son rapport fut présenté le 17 décembre 1789 à l'Assemblée et aboutit au vote de la Constitution civile du clergé le 12 juillet 1790.

Les ecclésiastiques qui refusèrent la Constitution civile du clergé, lors de la Révolution française furent appelés Clergé réfractaire ou Insermentés. Beaucoup d'entre eux furent assassinés, découpés, martyrisés ou exilés, déportés ; d’autres entrèrent dans la clandestinité, pour continuer d'assurer, autant que possible, leur apostolat.

Des mesures de déchristianisation se poursuivirent en France en 1793-1794 avec le développement du culte de la Raison et de l'Être suprême, et la fermeture des églises au culte du 31 mai 1793 jusque vers novembre 1794.

Les lois de 1790 permirent des mesures de tolérance par rapport aux protestants et aux juifs, accordant à ces derniers la citoyenneté.

Les prêtres réfractaires furent en revanche l'objet d'une sévère répression, notamment sous la Terreur, massacrés par milliers.

Le Comité ecclésiastique, était présidé par le juriste Jean-Baptiste, comte Treilhard (1742-1810) Président de l'Assemblée nationale constituante, Président de la Convention nationale (27 décembre 1792-10 janvier 1793) lors du procès de Louis XVI, membre du Comité de salut public, président du Conseil des Cinq-Cents (1795-1796), membre du Directoire (1798-1799).


Ci-dessus, portrait de Jean-Baptiste Treilhard (1742-1810), juriste et homme politique français.

Dans son discours du 1er pluviôse an IV (21 janvier 1796), Treilhard prononça un serment de haine contre la royauté, à l'occasion de l'anniversaire de l'exécution de Louis XVI.


Jean-Baptiste Treilhard participa à la rédaction du Code civil français, du Code pénal, du Code d'instruction criminelle et du Code du commerce en collaboration étroite avec Tronchet et Jean Étienne Marie Portalis.

Le 30 mars 1809 Jean-Baptiste Treilhard devint ministre d'État, fonction qu'il occupa jusqu'à sa mort.

Son petit fils Achille Treilhard (1815-1880), magistrat, conseiller d'État, fut directeur de la presse au ministère de l'Intérieur

On pourrait multiplier les exemples.

Plus récemment, sous la direction du philosophe Raymond Aron (1905-1983), Daniel Defert étudia la naissance de la « science sociale » comme discipline universitaire. Raymond Aron était aussi issu d'une famille juive des deux côtés. Ses parents étaient Gustave Émile Aron (1870-1935) et Suzanne Levy (1877-1940). Son grand-père maternel, Léon Levy, possédait une usine de textile dans le nord de la France.

Raymond Aron épousa en 1933 Suzanne Gauchon (1907-1997), et eurent trois filles dont Dominique Schnapper, sociologue et membre du Conseil constitutionnel (de 2001 à 2010). Rappelons que le Juif faussement converti au catholicisme (marrane) Laurent Fabius est l’actuel Président du Conseil Constitutionnel français depuis 2016.

Daniel Defert a été membre du Comité scientifique pour les sciences humaines de la Société internationale sur le SIDA (1986-94), membre de la Commission internationale sur le SIDA de l'Organisation mondiale de la santé (1988-93), membre du Comité national du SIDA (1989-98) et du « Haut Comité de la santé publique » (depuis 1998).

Mais revenons à DSK qui a aussi été ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie (juin 1997 à novembre 1999) dans le gouvernement Lionel Jospin. Mis en cause dans des affaires judiciaires en 1999, il a démissionné du gouvernement, puis a retrouvé son siège de député en 2001, avant de bénéficier d'un non-lieu et d'une relaxe. Bien entendu… étant donné que l’institution judiciaire est totalement corrompue, aux mains des loges, lobbies et des sociétés secrètes.

Rappelons aussi que DSK a été Directeur général du Fonds monétaire international (novembre 2007-mai 2011) succédé par John Lipsky, un économiste et financier américain qui fut Premier directeur général adjoint du Fonds monétaire international (de mai 2011 à juillet 2011).

John Lipsky est né aussi dans une famille juive (dans l’Iowa) et en 1984, il a rejoint la banque d'investissement Salomon Brothers avant d'en devenir l'économiste en chef (de 1992 à 1997). De 1989 à 1992, John Lipsky a dirigé à Londres le groupe européen d'analyse économique et financière de Salomon Brothers.

John Lipsky (voir photo ci-dessus) a été vice-président de la JPMorgan Investment Bank et a représenté JPMorgan dans le monde entier auprès des grands responsables des secteurs public et privé. John Lipsky avait auparavant exercé les fonctions d'économiste en chef chez JPMorgan, après avoir été économiste en chef et directeur des études de la Chase Manhattan Bank.

John Lipsky siège au conseil d'administration du Bureau national de recherche économique (NBER) fondé en 1920, qui est le plus important organisme de recherche économique des États-Unis. Le président et chef de la direction actuel du NBER est le professeur James M. Poterba du MIT qui en juillet 2017 a été élu membre correspondant de la British Academy (FBA), l'académie nationale du Royaume-Uni pour les sciences humaines et sociales.

Le NBER a été fondé en 1920. Son premier économiste, directeur de la recherche et l'un de ses fondateurs était l'économiste américain Wesley C. Mitchell (1874-1948) qui était surnommé «l'étudiant vedette» de Thorstein Veblen (1857-1929) économiste et sociologue formé à l'Université de Yale.

Précisons simplement que les professeurs de Mitchell comprenaient les économistes Thorstein Veblen et JL Laughlin, et le philosophe John Dewey.

En 1899, Dewey, qui avait été formé à Johns Hopkins, fut élu président de l'American Psychological Association (APA) en 1905. De 1904 jusqu'à sa retraite en 1930, il a été professeur de philosophie à l'Université Columbia.


John Lipsky occupa à partir du 1er septembre 2006 le poste de directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI).

Le 12 mai 2011, Lipsky annonça qu'il quitterait ses fonctions l'été suivant et trois jours plus tard, il devint directeur général du FMI à la suite de l’inculpation à New York de Dominique Strauss-Kahn.

Cette affaire judiciaire était en lien avec des accusations de viol et de séquestration, portées par Nafissatou Diallo, suite à des actes qui auraient été commis le 14 mai 2011, dans l'hôtel Sofitel de New York. Il est remarquable que DSK qui avait jusqu’alors échappé à toute poursuite, se soit retrouvé sous les feux des projecteurs concernant cette histoire, et qu’il fut montré du doigt par les plus grands média, à quelques jours seulement du sommet du G8.

Sur la photo ci-dessus, l’ancien Premier ministre britannique (de 2010 à 2016) David Cameron, le directeur général par intérim du Fonds monétaire international (18 mai à juillet 2011) John Lipsky et l’ex président américain Barack Obama (qui soutient officiellement l’AMORC, l’«Ancien et mystique ordre de la Rose-Croix »), au cours de la deuxième journée du sommet du G8 le 27 mai 2011 à Deauville, en France.

Ouvrons une petite parenthèse pour souligner que l’arrière arrière grand père de David Cameron était Ewen Cameron (1841-1908) un banquier et marchand britannique qui fut président de Hong Kong et de Shanghai Bank (HSBC) à Londres, et qui a joué un rôle clé dans l'organisation de prêts de la famille Rothschild à l'Empire du Japon pendant la guerre russo-japonaise.


Par ailleurs, rappelons que Donald Ewen Cameron (1901-1967) fut un psychiatre américain d'origine écossaise, président de l'American Psychiatric Association (1952-1953), de la Canadian Psychiatric Association (1958–1959), de la World Psychiatric Association (1961-1966) et connu pour sa participation au programme de contrôle mental MK-Ultra de la CIA.

Donald Ewen Cameron (1901-1967) avait commencé sa formation en psychiatrie au Glasgow Royal Mental Hospital en 1925. En 1926, il y a travaillé comme médecin adjoint et a été présenté au psychiatre Sir David Henderson, un étudiant du psychiatre américain d'origine suisse Adolf Meyer (1866-1950) qui fut président de l'American Psychiatric Association (en 1927-1928).

Donald Ewen Cameron (1901-1967) a poursuivi sa formation aux États-Unis sous Meyer à la clinique psychiatrique Henry Phipps, qui ouvrit ses portes en 1913 en tant que nouvelle section de l'hôpital Johns Hopkins à Baltimore (Maryland) de 1926 à 1928 avec une bourse de recherche Henderson.

Rappelons que l’IHU de Marseille, où travaille le désormais célèbre Didier Raoult, a été construit sur le modèle de Johns Hopkins aux USA.

Nous avons signalé aussi que l’initié Skull and Bones, William Henry Welch (1850-1934) était le premier doyen de la Johns Hopkins School of Medicine et a également été le fondateur de la Johns Hopkins School of Hygiene and Public Health, la première école de santé publique du pays.


Adolf Meyer et William Henry Welch ont joué un rôle déterminant dans la fondation par Clifford Beers de la Connecticut Society for Mental Hygiene en 1908. [1]


Adolf Meyer (1866-1950) était un psychiatre qui s'est fait connaître comme le premier psychiatre en chef de l'hôpital Johns Hopkins (1910-1941). Il a été président de l'American Psychiatric Association (en 1927-1928) et a été l'une des figures les plus influentes de la psychiatrie dans la première moitié du XXe siècle.

Ci-dessus, Adolf Meyer

Sous la direction d’Adolf Meyer, Leo Kanner avait aussi fondé la première clinique de pédopsychiatrie aux États-Unis à l'hôpital Johns Hopkins en 1930.[2]

Leo Kanner (vers 1955) était né sous le nom de Chaskel Leib Kanner à Klekotów, Autriche-Hongrie (aujourd'hui Klekotiv, Ukraine) d'Abraham Kanner et Clara Reisfeld Kanner.

En 1930, avec le soutien financier des fondations Macy et Rockefeller, Meyer et Edward A. Park ont pu établir le service de pédopsychiatrie au Harriet Lane Home de Johns Hopkins, qui a été la première clinique de pédopsychiatrie aux États-Unis, et nommé Kanner pour développer le programme. [3]

Edwards A. Park (1877-1969) était un pédiatre américain pionnier qui a établi la clinique de cardiopathie pédiatrique à l'hôpital Johns Hopkins, et avait fréquenté l'Université de Yale. Park a reçu son doctorat en médecine du Columbia University College of Physicians and Surgeons en 1905, puis est devenu stagiaire au Roosevelt Hospital de New York de 1905 à 1907. Edwards A. Park a passé les deux années suivantes en internat au New York Foundling Hospital, travaillant pendant six mois en pédiatrie où le Dr John Howland était médecin traitant.

John Howland (1873-1926) était un pédiatre américain qui a passé la majeure partie de sa carrière à l'hôpital Johns Hopkins, où il a créé le premier service pédiatrique à temps plein aux États-Unis.

Ci-dessous, John Howland par William Franklin Draper, 1957


Le prix John Howland, qui est la plus haute distinction décernée par l'American Pediatric Society, porte son nom. Après avoir obtenu son diplôme de la Phillips Exeter Academy, John Howland a fréquenté l'Université de Yale, où il a été membre de la société secrète Skull and Bones.

J'ai eu l'occasion de parler de l'influence colossale de cette organisation secrète dans mon ouvrage "Le nouvel ordre mondial démasqué" édité chez Chiré DPF.


Logo de la société secrète Skull and Bones


A propos de l'Ordre de Skull and Bones, Antony C. Sutton avait écrit un ouvrage traduit en français sous le titre Le pouvoir secret américain, L'ordre de Skull and Bones:

Beaucoup de médecins que John Howland a encadrés à Johns Hopkins sont devenus des leaders dans le domaine de la pédiatrie : il s'agit notamment de Kenneth Blackfan, Edwards A. Park, Ethel Collins Dunham, L. Emmett Holt Jr., Grover Powers, Wilburt C. Davison, James L. Gamble et William McKim Marriott.


Notons aussi parmi les autres ancêtres de David Cameron, Alfred Duff Cooper (1890-1954) 1er vicomte Norwich, qui fut ambassadeur de Grande-Bretagne en France (de 1944 à 1947). Il fut nommé en 1934 secrétaire des Finances au Trésor, secrétaire d'État à la Défense en 1937 et premier Lord de l'Amirauté en 1937. Alfred Duff Cooper devient ministre de l'Information c’est-à-dire de la Propagande de guerre, dans le cabinet de Churchill et il fut chargé de faire la liaison entre le gouvernement britannique et les « Forces françaises libres » à partir de 1943...


Christine Lagarde fut nommée Directrice générale du Fonds monétaire international en juin 2011, et succéda à John Lipsky (de juillet 2011 jusqu’en septembre 2019). Elle est actuellement Présidente de la Banque centrale européenne depuis novembre 2019.


Depuis le 1er octobre 2019, Kristalina Ivanova Gueorguieva (née en 1953 à Sofia) est directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) après avoir été Directrice générale de la Banque mondiale (janvier 2017-septembre 2019), Présidente du Groupe de la Banque mondiale par intérim (de février à avril 2019), et Troisième vice-présidente de la Commission européenne (novembre 2014 à fin décembre 2016). Gueorguieva a été formée à l’institut d'économie Karl-Marx de Sofia ou Université d'économie nationale et mondiale (UNWE), où elle a obtenu un doctorat en sciences économiques.

Kristalina Gueorgieva

De 1995 à 2002, Christine Lagarde fut membre du cercle de réflexion Center for Strategic and International Studies (CSIS), au sein duquel elle co-présida avec Zbigniew Brzeziński (le conseiller des président américains de Carter jusqu’à Obama) la commission Action États-Unis-UE-Pologne.

Du 18 mai au 18 juin 2007, à la suite de l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la république, Lagarde devint ministre de l'Agriculture et de la Pêche du premier gouvernement François Fillon. Lors du conseil des ministres de l'Agriculture des 27 États membres de l'UE, elle autorisa d'accorder un label européen aux produits biologiques contenant des OGM à hauteur de 0,9 %.

Christine Lagarde en compagnie de DSK


John Lipsky est aussi professeur à la Johns Hopkins School of Advanced International Studies (SAIS).

Parmi les autres activités professionnelles de John Lipsky, signalons qu’il a fait partie du Conseil d'administration du Conseil américain sur l'Allemagne, de la Japan Society (qui s’est développée sous la direction de John D. Rockefeller III), du Conseil consultatif du Stanford Institute for Economic Policy Research et du Council on Foreign Relations (CFR).

Ceci étant dit, connaissez-vous la Fondation France Chine qui a été créé le 20 juin 2014, par Gérard Houa qui en est le Président et cofondateur ?

Ci-dessus, Gérard Houa en compagnie de Xin Qi de la China Association for International Friendly Contact (CAIFC), Maurice Gourdault Montagne Ambassadeur de France en Chine (2014-2017), nommé après l'élection d'Emmanuel Macron, secrétaire général du ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères par décision du conseil des ministres (2017-2019), qui a siégé au conseil d'administration d'EDF, et a été nommé en janvier 2020 par le Gifen (syndicat professionnel du nucléaire) président du salon World Nuclear Exhibition.

Ancien d'Airbus, né à Pékin, Gérard Houa était un actionnaire à hauteur de 19% de la compagnie Aigle Azur [4]. Avec Philippe Bohn (ancien directeur général de la compagnie aérienne Air Sénégal), ils tentèrent de prendre la direction d’Aigle Azur, mais furent désavoués par les actionnaires majoritaires et le tribunal de Créteil, saisi par Frantz Yvelin.


Il est vrai que les grand média ne parlent pas beaucoup de cette fondation France-Chine et de ses membres.


Sur le site officiel de la fondation France-Chine, nous pouvons lire que :


« La fondation France Chine (FFC) est une organisation de réflexion et de recherche. Son objectif est de promouvoir des actions destinées à améliorer la connaissance et la compréhension mutuelle entre la Chine et la France, au travers de coopérations dans les domaines politiques, économiques, financiers, environnementaux et culturels.

La Fondation vise à encourager toutes les activités, en France, en Chine et dans le monde, destinées à promouvoir les relations bilatérales et stratégiques entre la France et la Chine en s’appuyant sur toutes les synergies possibles entre ses membres et les organismes publics ou privés, ayant des objectifs similaires ».

Le Président d’Honneur de la fondation France Chine, pour la France est Dominique STRAUSS-KAHN.


SUN Xiaoyu est le Directeur du Centre de R&D du Conseil des Affaires d’Etat [5].

Ci-dessus, M. SUN Xiaoyu (Directeur du Centre de R&D du Conseil des Affaires d’Etat)


Parmi les Membres Actifs notons :

• HaiNan Airlines Holding Ltd (HNA Group) • CAIFC


Les membres bienfaiteurs sont :

• Carrefour (membre candidat) • Chaumet (Groupe LVMH) • Alain Ducasse (Président du Groupe Alain Ducasse)


Parmi les Membres d’Honneur nous trouvons (en plus de Dominique STRAUSS-KAHN) :

• Zhai Jun, Ambassadeur plénipotentiaire de Chine en France

• Jean Pierre LAFON, SEM Ambassadeur de France

• Daniel BLAIZE, Ancien Diplomate

• Philippe Douste-Blazy, président fondateur d'Unitaid.


Unitaid a été créée en septembre 2006, lors de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies. Le 2 juin 2006, avait eu lieu le lancement officiel d'Unitaid à New York lors de la conférence de l'ONU sur le sida.

Unitaid est une organisation internationale d'achats de médicaments, chargée de centraliser les achats de « traitements médicamenteux », en particulier à destination des pays en voie de développement.

Unitaid est financé par une taxe de solidarité sur les billets d'avion, adoptée par certains pays [6]. Cet impôt a été proposé au départ par les présidents français Jacques Chirac et brésilien Luiz Inácio Lula da Silva président de la République (2003-2011) qui a été mis en cause dans plusieurs affaires judiciaires, notamment pour corruption, blanchiment d'argent, détournement de fonds publics et entrave à l'exercice de la justice à partir de 2011 [7].

En 2003, les présidents Lula et Chirac discutèrent de l'idée d'une taxe sur les billets d'avion. Puis en septembre 2004, notons la publication du rapport Landau sur les financements innovants : Les nouvelles contributions financières internationales. [8]

Le 14 juillet 2005, Lula étant invité de Chirac à l'occasion de cette commémoration républicaine, Philippe Douste-Blazy leur soumit l'idée de Bill Clinton d'utiliser les fonds pour créer une centrale d'achats de médicaments.

L'opération Unitaid serait destinée à lutter principalement contre les prétendues «pandémies» (sida, paludisme, tuberculose…) qui seraient à l'origine de « 6 millions de morts par an dans le monde »...

Soulignons en Juin 2006 un partenariat avec la FIFA, et Unitaid ! Au début de chaque match de la Coupe du monde de football, les capitaines se sont échangés deux ballons marqués du logo Unitaid.

En effet, le football est un élément clé qui permet de tenir les peuples de la Terre, comme les anciens jeux du cirque. La Coupe du monde 2022 se déroulera au Qatar du 21 novembre au 18 décembre. Tamim ben Hamad Al Thani est l'émir du Qatar depuis 2013, et en 2012, il est devenu l'unique actionnaire du Paris Saint-Germain Football Club, par le rachat des 30 % de parts restantes à Colony Capital à travers le Qatar Investment Authority qu'il dirige.

Le 3 mars 2007, Philippe Douste-Blazy, ancien ministre français des Affaires étrangères, fut nommé président d'Unitaid.

En mai 2007, la Fondation Clinton, en partenariat avec Unitaid, a négocié les prix des prétendus « traitements » contre le sida dans 66 pays.

Philippe Douste-Blazy et Bill Clinton en 2008 à Dakar, Sénégal


En 2019, Marisol Touraine, ancienne ministre de la santé, a été nommée présidente d'Unitaid.


A propos de la gouvernance actuelle d'Unitaid voir à cette adresse: https://unitaid.org/about-us/governance/#en


En 1998, Marisol Touraine a participé au programme Young Leaders organisé par la French-American Foundation (FAF) et elle est membre du club d'influence Le Siècle.

Depuis 2008, Marisol Touraine appartient au club « Avenir de la santé » [9], [10] un groupe de pression (lobbying) financé par GlaxoSmithKline, l’un des leaders [11] mondiaux du secteur.


Rappelons que Philippe Douste-Blazy fut Secrétaire général adjoint des Nations unies (février 2008-février 2017), Ministre des Affaires étrangères (juin 2005- mai 2007) et Ministre des Solidarités, de la Santé et de la Famille (mars 2004-mai 2005), Ministre de la Culture (mai 1995-juin 1997), Ministre délégué à la Santé (mars 1993-mai 1995)…

Bill Gates (à gauche, avec Philippe Douste-Blazy) était venu à Paris pour soutenir Unitaid, la taxe sur les billets d'avion qui développe des prétendus "programmes de santé" dans le monde.


Soulignons que Philippe Douste-Blazy a soutenu Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2017. Depuis janvier 2016, Philippe Douste-Blazy, est professeur à la Medical School de Harvard, et il a été candidat à la présidence de l'Organisation mondiale de la santé en 2016.

Membre du conseil d’administration de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille dirigé par Didier Raoult, Philippe Douste-Blazy, apporta avec d'autres médecins, son soutien aux recherches du professeur et a demandé, le 3 avril 2020, la modification du décret 293 du 26 mars 2020 complété par le décret 337 du 26 mars 2020 pour autoriser l'utilisation du Plaquenil (hydroxychloroquine) pour toutes les formes symptomatiques du « Covid-19 ».

En ce qui concerne les actionnaires de SANOFI (Source, zonebourse du 2 mai 2020) :

Nom / Actions / %

L'Oréal S.A. / 118 227 307 / 9,43% The Vanguard Group, Inc. / 33 038 432 / 2,63% Norges Bank Investment Management / 26 690 482 / 2,13% Plan d'Epargne Entreprise Sanofi Synthelabo / 20 371 851 / 1,62% Dodge & Cox / 17 391 749 / 1,39% Fidelity Management & Research Co. / 16 037 034 / 1,28% Lyxor International Asset Management SAS / 15 497 383 / 1,24% Amundi Asset Management SA (Investment Management) / 14 675 671 / 1,17% Schroder Investment Management Ltd. / 11 507 662 / 0,92% BNP Paribas Asset Management France SAS / 10 609 151 / 0,85%

En ce qui concerne les actionnaires de l’Oréal (source: zonebourse du 2 mai 2020)

Nom / Actions / % Bettencourt Meyers Family / 185 715 079 / 33,3% Nestlé S.A. / 129 881 021 / 23,3% Ostrum Asset Management SA / 13 745 716 / 2,46% Norges Bank Investment Management / 6 307 873 / 1,13% The Vanguard Group, Inc. / 6 249 641 / 1,12% L'Oreal SA Employee Stock Ownership Plan / 4 632 373 / 0,83% Baillie Gifford & Co. / 3 306 748 / 0,59% Massachusetts Financial Services Co. / 2 922 195 / 0,52% MFS International (UK) Ltd. / 2 855 355 / 0,51% Fundsmith LLP / 2 422 056 / 0,43%

Françoise Bettencourt Meyers (née Bettencourt en 1953 à Neuilly-sur-Seine) est la fille unique d'André et Liliane Bettencourt, et membre du comité de direction du groupe L'Oréal.

Françoise Bettencourt s’est mariée avec Jean-Pierre Meyers, lui-même petit-fils de l'ancien rabbin de Neuilly-sur-Seine, Robert Meyers marié avec la fille du Grand-rabbin Jules Bauer, Suzanne (Esther).

Jules Bauer (1868, Balbronn, Bas-Rhin - 1931, Paris) fut rabbin d'Avignon puis de Nice. Grand-rabbin, il dirigea le Séminaire israélite de France de 1919 jusqu'à son décès en 1931.

L’époux de Françoise Bettencourt, Jean-Pierre Meyers (né en 1948) est administrateur de L'Oréal et directeur général de Téthys, holding de la famille Bettencourt, qui contrôle plus de 33 % de L'Oréal. Il est vice-président du conseil de surveillance de Téthys.

Il est aussi vice-président de la Fondation Bettencourt Schueller.

Jean-Pierre Meyers a été administrateur de Nestlé (de 1991 à 2014) actionnaire de l’Oréal à plus de 23%.

N'oublions pas que la chloroquine a été développée par l’entreprise criminelle BAYER qui a fait des tas d’expérimentations sur les prisonniers dans les camps de concentration allemands, conduisant à de nombreux décès.

Or pendant la Seconde Guerre mondiale, des essais cliniques parrainés par le gouvernement américain ont permis à la chloroquine d’être considérée comme un prétendu « médicament antipaludique», et il devint au lendemain de la seconde guerre mondiale (en 1947) utilisé pour le traitement du paludisme, alors qu’il s’agit clairement d’un poison.

Le fait que ce produit ait une incidence directe sur la procréation n'est pas sans intérêt, connaissant les visées malthusiennes de ceux qui gouvernent dans les coulisses...

Donc résumons grossièrement :

-Etape 1, on nous présente l’horrible Bill Gates qui milite pour la vaccination et qui finance les programmes d’avortement dans le monde avec sa famille depuis des générations.

-Etape 2, arrive un prétendu « sauveur » Raoult avec un produit alternatif aux vaccins de Gates et de sa clique de criminels notoirement connus.

Dialectique enfantine.

-Etape 3 : Les gens réclament le produit mis en avant par Raoult, d'autres personnes qui travaillent avec lui et les laboratoires distributeurs.

-Etape 4 : le gouvernement autorise la distribution du produit.

Voilà comment fonctionne la fabrique du consentement. Ingénierie sociale basique.

Le pire étant que ça fonctionne encore ! Même des personnes qui ont étudié l’ingénierie sociale, et les programmes de contrôle mental, ont cru que Didier Raoult était indépendant.

Il s’agit de sortir de cette dialectique et de prendre du recul, d’étudier l’histoire avec sérieux.

Sans cela, il est impossible de comprendre ce qu’il se joue actuellement !

Comme je l’ai déjà signalé, SANOFI s’est déclaré prêt à offrir aux autorités françaises des millions de doses de Plaquenil (sulfate d’hydroxychloroquine) présenté comme un « anti-paludique ».

Il est important de rappeler aussi que les symptômes d'un surdosage de Chloroquine comprennent un collapsus cardiovasculaire, des convulsions et un arrêt respiratoire et cardiaque soudain.

Bien entendu, les responsables de cette mascarade mettront les personnes empoisonnées par médicaments sur le compte d’un fantomatique « COVID » ou « Corona » comme ils ont déjà fait avec le VIH.

Il n'y a pas de preuve pour déterminer si cette chloroquine peut être administrée sans danger aux personnes âgées de 65 ans et plus. Chez le rat la chloroquine avait (en 1987) réduit la taille de la portée, et augmenté le nombre de mort-nés et des anomalies congénitales[12], et « le médicament semble être délétère aux niveaux des testicules et de l’épididyme » aux doses équivalentes à celles de la chloroquine utilisée comme anti-inflammatoire. L'épididyme est un petit organe accolé au testicule:


Ci-dessus, appareil génital masculin


La chloroquine avait été laissée de côté pendant une décennie, car considérée comme trop toxique pour l’homme.

Rappelons encore que Didier Raoult a écrit plusieurs rapports pour le Sénat. Voir notamment un rapport de mission de Didier Raoult, en 2003, à cette adresse :

http://blogs.senat.fr/maladies-emergentes/files/Rapport-Raoult-Bioterrorisme.pdf


En dernières pages du rapport Didier Raoult, (en 2003) disait qu’il fallait modifier la loi afin que l’on puisse « mettre en quarantaine des sujets supposés contagieux », qu’on puisse « examiner des malades éventuellement suspects », et « leur imposer des soins ».

Dans mon ouvrage « Le nouvel ordre mondial démasqué », j’ai déjà cité le cas de l’Islande où avait été mis en place un fichage génétique de la population, par le biais de « deCODE Genetics » une compagnie biopharmaceutique basée à Reykjavik (Islande). La cour suprême islandaise avait finalement annulé ce contrat jugé inconstitutionnel en 2003.

Précisément, Raoult disait que l’absence de loi qui permet la prévention de la diffusion des épidémies, serait en contradiction avec la constitution. Donc il faudrait une loi contre les épidémies, demandant un arsenal légal contre un problème sanitaire, réclamant aussi l’obligation de soins pour des maladies contagieuses. L’objectif est d’interdire à la population le droit de refuser un traitement, un « vaccin » ou n’importe quel autre produit, même s’il s’avère toxique, si l’on suit les recommandations de Didier Raoult et des personnes qui travaillent avec lui à ce projet.


Ci-dessus, Didier Raoult


Obligation de soins et d’isolement, obligation de quarantaine… cela fait de plus en plus penser au « Patriot Act » mis en place au lendemain du 11 septembre 2001, et au livre de l’eugéniste Aldous Huxley « Le meilleur des mondes ». Le but des artisans du Nouvel Ordre est d’arriver à contrôler totalement la population de A à Z, de la naissance à la mort, avec la PMA, l’avortement et l’euthanasie.

Voir à ce sujet le philosophe Peter Singer qui milite pour le meurtre (avortement post-natal) des enfants après la naissance. Son grand-père maternel, David Ernst Oppenheim (1881-1943) était un éducateur et psychologue autrichien qui a collaboré avec Sigmund Freud et Alfred Adler.

Ci-dessus, Peter Singer


Vers 1909, David Ernst Oppenheim contacta Sigmund Freud et, en janvier 1910, devint membre de l'Association psychanalytique de Vienne puis a rejoint l'école de psychologie individuelle d'Alfred Adler en 1911.

David Ernst Oppenheim (1881-1943)

Gardons à l'esprit que la dialectique hégélienne (thèse, antithèse, vers la synthèse) est à l'œuvre et que le pouvoir actuel se sert toujours d'un "contre-pouvoir" apparent pour faire avancer le projet mondialiste.

Méfions nous des loups ravisseurs déguisés en peau de brebis, surtout quand ils sont mis en avant par les grands média sous contrôle !

Que Dieu nous vienne en aide dans ces moments difficiles, qu'il nous donne le discernement, et qu’il vous bénisse mes frères.




Sources et références:

[1] Parry, Manon (2010). "Du point de vue d'un patient: le travail de Clifford Whittingham Beers pour réformer les services de santé mentale" . American Journal of Public Health . 100 (12): 2356-2357. doi : 10.2105 / AJPH.2010.191411 . ISSN 0090-0036 . PMC 2978191 . PMID 21068416 [2] "Archives médicales - Collections personnelles Public Health . 100 (12): 2356-2357. doi : 10.2105 / AJPH.2010.191411 . ISSN 0090-0036 . PMC 2978191 . PMID 21068416de papier: Collection de Leo Kanner" . www.medicalarchives.jhmi.edu [3] Baxter, WE (12 novembre 1985). "Leo Kanner (1894-1981) Papers Archives Finding Aid"(PDF) : 1–3. [4] https://www.lejdd.fr/Economie/gerard-houa-au-jdd-mon-plan-pour-sauver-aigle-azur-3917061 [5] Le Conseil des affaires de l’État correspondant au Gouvernement central, ou « gouvernement populaire central » depuis 1954, est l’autorité administrative principale de la république populaire de Chine. Il est présidé par le Premier ministre Li Keqiang et comprend les ministères et bureaux gouvernementaux. Li Keqiang est également le deuxième membre du Comité permanent du Politburo du Parti communiste chinois, l'organe de décision suprême de facto du pays. Xi Jinping (né en 1953) a été le général Secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) depuis 2012, président de la République populaire de Chine (RPC) depuis 2013 et président de la Commission militaire centrale (CMC) depuis 2012. Xi Jinping est le « chef suprême » en Chine, depuis 2012 et il a officiellement reçu le titre de " noyau de leadership " du PCC en 2016. Xi Jinping a également été membre du 17e, 18e, 19e Comité permanent du Politburo du PCC depuis 2007. En janvier 2017, Xi Jinping est devenu le premier dirigeant chinois suprême à planifier sa participation au Forum économique mondial de Davos. Au cours de la visite d'État de trois jours dans le pays en 2017, Xi Jinping a également visité l’Organisation mondiale de la santé, les bureaux des Nations Unies à Genève et le Comité international olympique. Le 27 juin, Xi Jinping a assisté au sommet du G20 à Osaka, devenant ainsi le premier dirigeant chinois à se rendre Japon depuis 2010. [6] Sur 95 pays présents à la conférence de Paris, 30 sont devenus membres et se sont engagés à instaurer une taxe sur les billets d'avion : Afrique du Sud, Algérie, Brésil, Cameroun, République centrafricaine, Chili, Chypre, République du Congo, Corée du Sud, Côte d'Ivoire. 25 autres pays ont choisi de ne pas imposer l'impôt mais ont promis d'y contribuer, dont notamment : Allemagne, Mexique, Inde, Belgique, Autriche[7] La principale affaire le visant s’inscrit dans le cadre du scandale Petrobras. Lula fut accusé d'avoir accepté 3,7 millions de reals — dont un luxueux appartement — en remerciement de son intervention pour l’attribution de contrats à l’entreprise pétrolière Petrobras. En juillet 2017, le juge Sérgio Moro le condamna à neuf ans et six mois de prison pour corruption passive et blanchiment d'argent. En appel, en janvier 2018, la peine fut portée à douze ans et un mois d’emprisonnement. Dans le cadre de l'affaire de rénovation d'une propriété, en février 2019, Lula est condamné à 12 ans et 11 mois de réclusion pour corruption et blanchiment. En avril suivant, sa première peine est réduite à huit ans et dix mois d'emprisonnement. Le 8 novembre 2019, au lendemain du changement par la Cour suprême de la jurisprudence sur l'Habeas corpus, il est libéré, sa condamnation n'étant pas jugée définitive. Sérgio Fernando Moro exerça la fonction de ministre de la Justice au sein du gouvernement du président Jair Bolsonaro (du 2 janvier 2019 au 24 avril 2020). André Luiz de Almeida Mendonça (né en 1972) pasteur à l'église presbytérienne du Brésil (à Brasilia) à été confirmé par Bolsonaro comme prochain ministre de la Justice et de la Sécurité publique le 27 avril 2020. Mendoça est procureur du Brésil depuis 2000 et a été assistant spécial du contrôleur général de l'Union Wagner Rosário (entre 2016 et 2018) [8] http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/landau.pdf [archive] [9] Le Canard enchaîné, 8 août 2012. [10] « Le Débat Avenir de la Santé : Pourquoi ? Comment ? » (version du 16 mars 2012 sur l'Internet Archive), sur GlaxoSmithKline. Archive. Consulté le 2 mai 2020. https://web.archive.org/web/20120316141055/http://www.gsk.fr/avenirdelasante/pourquoi_debat/pourquoi_debat.htm [11] Parmi les autres leaders notons Pfizer, Novartis, Roche, Sanofi, Merck & Co, Teva... [12] Voir cette étude « South African Journal of Science - Effets de la chloroquine sur la fertilité masculine chez les rats Wistar » : https://journals.co.za/content/sajsci/83/8/AJA00382353_5977?fbclid=IwAR3Z8TtLJ1G0FOOgCKSSnStjP5xvI2tQMYjI2UCyc8A7G8RpuDY-rJB-hmI

296 vues1 commentaire
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© 2023 par ÀL'heure. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now