Depuis la révolution, ce système républicain infernal s’est instauré contre la volonté du peuple...

Depuis la révolution, ce système républicain infernal s’est instauré contre la volonté du peuple français, contre l’ordre naturel, contre l’église catholique, contre Dieu, et bien entendu contre la Royauté de droit divin. Voilà quelques faits qui prouvent qu’il ne peut y avoir de pire régime que ce régime républicain. La Convention nationale était un régime politique qui gouverna la France (du 21 septembre 1792 au 26 octobre 1795) durant de la Révolution française et qui succéda à l'Assemblée législative, fondant la Première République. La Convention nationale fut élue, au suffrage universel masculin afin de donner une nouvelle constitution à la France, après la suspension du roi Louis XVI. La journée du 10 août 1792, fut ainsi l'une des journées les plus décisives de la Révolution française, avant les massacres de Septembre à Paris. D’autres massacres semblables eurent lieu dans le reste de la France (à Orléans, Meaux, Reims, Versailles...). Suivirent le génocide de la population de Vendée, les noyades de Nantes où les prisonniers politiques et gens d'Église furent noyées dans la Loire avec la collaboration de Jean-Baptiste Carrier député à la Convention nationale, qui vota pour l'exécution du roi Louis XVI (janvier 1793), puis prit part à l'établissement du Tribunal révolutionnaire, étant un des auteurs de la proposition de décret du 10 mars 1793. En Vendée, Carrier prit part à une répression impitoyable et le 11 décembre 1793, il écrivit au Comité de salut public : « Je suis aussi intéressé que vous à la prompte extermination des brigands... Vous pouvez, vous devez même compter sur moi. (…) Restez donc tranquilles et laissez-moi faire. Aussitôt que la nouvelle de la prise de Noirmoutier me sera parvenue, j'enverrai sur-le-champ un ordre impératif aux généraux Dutruy et Haxo de mettre à mort, dans tous les pays insurgés, tous les individus de tout sexe qui s'y trouveront, indistinctement, et d'achever de tout incendier. Car il est bon que vous sachiez que ce sont les femmes qui, avec les prêtres, ont fomenté et soutenu la guerre de la Vendée (…) c'est une engeance proscrite, ainsi que tous les paysans, (…) il en faut absolument et totalement purger le sol ». Bref, le premier président de la Convention nationale fut Philippe Jacques Rühl (1737-1795) député du Bas-Rhin à l'Assemblée législative et à la Convention nationale, qui est resté célèbre pour avoir brisé solennellement la Sainte Ampoule, le 7 octobre 1793 à Reims, sur l'actuelle « place Royale », sur le socle de la statue de Louis XV déboulonnée pour être livrée à une fonderie de canons. Le monument dédié à Louis XV, œuvre du sculpteur Pigalle fut remplacé en 1818 par un bronze représentant un empereur romain (que l’on nous présente soi disant comme « Louis XV »). La Sainte Ampoule était une fiole contenant une huile sacrée qui servit lors du baptême de Clovis. L'archevêque Hincmar de Reims (845-882) dans sa "Vita Remigii", associant le récit de Grégoire de Tours et une ancienne hagiographie de Saint Rémi, assurait que lors de son baptême, ce fut le Saint-Esprit qui, ayant pris la forme d'une colombe, apporta le Saint chrême, une huile miraculeuse contenue dans une ampoule. Ainsi, l'huile utilisée pour les onctions lors du Sacre des rois de France était du Saint Chrême auquel on ajoutait une parcelle du contenu de la Sainte Ampoule, lors de la cérémonie du Sacre. La Sainte Ampoule faisait partie du trésor de l'abbaye Saint-Remi de Reims depuis la seconde moitié du IXe siècle. Vers 852, Hincmar demanda la reconstruction de l'édifice abritant les reliques de Saint-Remi et la Sainte Ampoule. Le 13 février 1790, l'Assemblée constituante prononça l'abolition des vœux monastiques et la suppression des congrégations religieuses. Les religieux de l'abbaye Saint-Remi de Reims en furent expulsés en 1793. Bien que la Sainte Ampoule et une grande partie de son contenu furent détruits à la Révolution, l'archevêque de Reims conserve aujourd'hui un reste de cette relique sauvée des révolutionnaires anticatholiques, dans une autre ampoule, utilisée notamment pour le sacre de Charles X en 1825, et précieusement gardée jusqu'à nos jours par la ville de Reims.

Notons aussi, qu’actuellement à Reims, la rue Rockefeller débute place du Cardinal-Luçon et aboutit rue Chanzy. Jusqu’en 1886, cette rue portait le nom de rue Sainte-Catherine, en référence à Sainte Catherine d’Alexandrie vierge et martyr. La rue a été renommée en 1936, rue Rockefeller en l’honneur de John Davison Rockefeller (1839-1937), cofondateur de la compagnie américaine Standard Oil Company et du General Education Board qui finançait les écoles secondaires et les facultés de médecine aux États-Unis, pour en prendre le contrôle. Ce General Education Board dont nous avons déjà parlé, fut créé en 1902 par John D. Rockefeller et Frederick T. Gates.

Ainsi, la formation du General Education Board a commencé au début de 1902.

Le 15 janvier 1902, deux mois après la fondation du Southern Education Board, un petit groupe d'hommes s'est réuni au domicile du banquier Morris K. Jessup pour discuter de l'éducation en vue de contrôler les populations. Cette réunion comprenait John D. Rockefeller Jr., Robert Curtis Ogden, George Foster Peabody, Jabez LM Curry, William H Baldwin Jr. et Wallace Buttrick.

Le 27 février 1902, une deuxième réunion eut lieu au domicile de John D. Rockefeller Jr. Cette réunion a réuni les invités de la réunion d'origine mais comprenait également Daniel Coit Gilman (initié Skull and Bones), Albert Shaw, Walter Hines Page (ambassadeur des États-Unis au Royaume-Uni pendant la Première Guerre mondiale) et Edward Morse Shepard.

Voilà bien les fruits de cette république : on débaptise des rues portant des noms de saints martyrs pour leur donner ceux de criminels odieux qui réduisent les peuples en esclavage, au nom de la « liberté, de l’égalité et de la fraternité », tout en se faisant passer pour des "philanthropes".

Le mensonge est la plus grande arme du démon, et aussi celle des républicains qui dirigent notre pays, et le reste du monde.



Que Dieu vous bénisse !

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout