Afghanistan, Brzezinski, Bush, Obama, Khalilzad, Trump, Biden, Facebook et cie

Dernière mise à jour : août 18



Zalmay Mamozy Khalilzad (né en 1951) est un diplomate afghano-américain, qui a été nommé Représentant spécial pour la réconciliation en Afghanistan au Département d'État depuis septembre 2018 (poste établi) sous les présidents Trump et Biden.


Ci-dessus, Zalmay Mamozy Khalilzad


En réalité, malgré une fausse opposition apparente (dialectique hégélienne) entretenue savamment par les média et les politiciens complices et corrompus, il y a une continuité manifeste dans le projet mondialiste depuis longtemps.

Bref, de 1979 à 1989, Zalmay Mamozy Khalilzad a travaillé comme professeur adjoint de sciences politiques à l'École des affaires internationales et publiques de l'Université Columbia et pendant ce temps, il travaillait en étroite collaboration avec le célèbre diplomate américano-polonais Zbigniew Brzezinski (1928-2017) qui fut conseiller des présidents Lyndon B. Johnson, de Jimmy Carter… et qui cofonda la Commission trilatérale avec David Rockefeller, qui en a été le directeur (de 1973 à 1976).

Le fils de Zbigniew Brzezinski, Mark Brzezinski (né en 1965) a été conseiller en politique étrangère de la campagne présidentielle de Barack Obama, ambassadeur des États-Unis en Suède (de 2011 à 2015) et en août 2021, il a été nommé ambassadeur des États-Unis en Pologne. Sa première épouse était Carolyn M. Campbell, et sa seconde épouse, depuis 2008, est Natalia Brzezinski, née Lopatniuk (voir photo ci-dessous).


Ci-dessus, le fils de Zbigniew Brzezinski, l'ambassadeur Mark Brzezinski (à gauche) et son épouse Natalia Brzezinski (à droite) avec Malena Ernman (au centre, mariée à l'acteur Svante Thunberg), chanteuse d'opéra suédoise et mère de la célèbre "militante climatique" Greta Thunberg.


De 1985 à 1989, Khalilzad a servi dans l'administration Reagan, en tant que haut fonctionnaire du département d'État, conseillant sur la « Guerre soviéto-afghane ».


Ensuite, de 1990 à 1992, Khalilzad a servi sous l’ancien président George HW Bush (initié Skull and Bones) au département américain de la Défense, en tant que sous-secrétaire adjoint à la planification politique.

Entre 1993 et ​​2000, Khalilzad était le directeur de la stratégie, de la doctrine et de la structure des forces à la RAND Corporation créé en 1948 par la société Douglas Aircraft Company fondée par l’américain d'origine écossaise Donald Wills Douglas Sr. (1892-1981).

La Douglas Aircraft Company a ensuite fusionné avec McDonnell Aircraft pour former McDonnell Douglas Corporation qui a ensuite fusionné avec Boeing en 1997. Actuellement, David L. Calhoun (né en 1957) est le président-directeur général de la compagnie Boeing depuis janvier 2020.

General Electric a été le premier employeur de David Calhoun (photo ci-dessus). Celui-ci y a passé 26 ans en y trustant les secteurs d’activité (transport, moteurs d’avion, réassurance…). Puis Calhoun a dirigé VNU, une société de services d’information rebaptisée Nielsen Holdings. Tout en continuant de piloter Nielsen Holdings, David Calhoun a fait son entrée chez Blackstone en 2014 avec le titre de directeur général senior, responsable des opérations de portefeuille. Pour rappel le groupe Blackstone est un fonds d'investissement américain fondé en 1985 par Peter G. Peterson et Stephen A. Schwarzman (initié Skull and Bones au même moment que George W. Bush) et ami de longue date de l'ancien président Trump.


Zalmay Mamozy Khalilzad était aussi un signataire de la lettre des membres du Projet pour le nouveau siècle américain (PNAC) au président Bill Clinton envoyée en janvier 1998.

Soulignons que Khalilzad a été Ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies (d’avril 2007 à janvier 2009) sous les présidents George W. Bush (initié Skull and Bones) et Obama.


D’autre part, Khalilzad était Ambassadeur des États-Unis en Irak (juin 2005 à mars 2007), et Ambassadeur des États-Unis en Afghanistan (de septembre 2004 à juin 2005) sous George W. Bush, le fils de George HW Bush avec lequel il avait travaillé au département américain de la Défense.

De 2009 à 2018, Khalilzad a été président de Khalilzad Associates, LLC, un « cabinet de conseil international qui sert des clients au carrefour du commerce et des politiques publiques, aidant les entreprises mondiales à naviguer sur les marchés internationaux les plus prometteurs et les plus difficiles ».

Khalilzad Associates et sa société mère, Gryphon Capital Partners, ont comme clients des sociétés internationales et américaines qui s'intéressent principalement à faire des affaires en Irak et en Afghanistan. Nous y voilà…

Selon Khalilzad, il s'agit d'entreprises des secteurs de l'énergie, de la construction, de l'éducation et des infrastructures.

Khalilzad a été conseiller au Center for Strategic International Studies (CSIS) et siège aux conseils d'administration du National Endowment for Democracy (NED), de l'America Abroad Media (AAM), du Middle East Studies Center de la RAND Corporation, de l'Atlantic Council, de l’Université américaine d'Irak à Suleymania (AUIS), de l’Université américaine du Kurdistan (AUK) et de l’Université américaine d'Afghanistan (AUAF)…


En septembre 2018, dans l’administration Trump, le secrétaire d'État Michael Pompeo avait nommé Khalilzad comme Représentant spécial pour la réconciliation en Afghanistan, avec pour mission officielle « d'assurer une résolution pacifique du conflit en Afghanistan ».

Pompeo a servi sous le président Donald Trump comme directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) de 2017 à 2018 et en tant que Secrétaire d'État des États-Unis (de 2018 à 2021). Depuis mars 2021, Zalmay Khalilzad a continué dans ce rôle sous la nouvelle administration de Joe Biden.

Donald Trump avait d’ailleurs signé un accord avec les talibans, en février 2020, en collaboration avec Zalmay Khalilzad et le chef politique des talibans Abdul Ghani Baradar, en présence du chef de la diplomatie américaine "Mike" Pompeo.


Officiellement, Abdul Ghani Baradar Akhund (né en 1968) avait été capturé au Pakistan par une équipe d'officiers de l'Inter-Services Intelligence (ISI) et de la Central Intelligence Agency (CIA) en février 2010 et fut libéré en octobre 2018 à la demande des États-Unis (selon ce qu’a déclaré Zalmay Khalilzad). Depuis sa libération, Baradar a joué un rôle de plus en plus influent au sein du mouvement taliban afghan.

Ci-dessus, Abdul Ghani Baradar


Le 15 août 2021 (jour de la fête de l'Assomption de la Sainte Vierge Marie), nous avons appris que le gouvernement afghan est officiellement tombé et qu'Ashraf Ghani, l’ancien président de la république islamique d'Afghanistan (2014 au 15 août 2021), s'est enfuit du pays. Hibatullah Akhundzada (né en 1961) est devenu « l'émir » (chef) des talibans depuis août 2021 et le « vice-émir » est Abdul Ghani Baradar.

Ci-dessus, Hibatullah Akhundzada


Il faut rappeler que l’Afghanistan regorge de minerais. Les ressources naturelles du pays comprennent : le charbon, le cuivre, le minerai de fer, le lithium, l'uranium, les éléments des terres rares, la chromite, l'or, le zinc, la barytine, le soufre, le plomb, le marbre, des pierres précieuses et semi-précieuses, le gaz naturel et le pétrole… Le pavot reste toujours une part importante dans l'économie de l'Afghanistan. Par ailleurs, le pays a commencé à se diversifier dans le cannabis (deuxième producteur mondial en 2017) et dans les méthamphétamines, provoquant d'ailleurs de nouveaux dégâts sanitaires liées à la toxicomanie au sein de la population. La drogue est un moyen de contrôler les populations depuis longtemps. Cela a permis à plusieurs dynasties (britanniques, américaines, chinoises...) de s'enrichir d'une façon prodigieuse depuis des siècles.


Les terres rares ont diverses applications dans les composants électriques et électroniques, les lasers, le verre, les matériaux magnétiques et les processus industriels…

Enfin, notons qu’Alexander Benard est le fils de Zalmay Khalilzad et Cheryl Benard. Diplômé de la Stanford Law School, Alexander Benard a été directeur général de Gryphon Partners, une société de conseil et d'investissement axée sur le Moyen-Orient et l'Asie centrale, dont son père avait été président, comme nous l'avons écrit plus haut.

Benard est directeur général principal chez Cerberus Capital Management, où il est co-responsable des marchés frontaliers.

Dan Quayle, un initié de l’influente fraternité Delta Kappa Epsilon, ancien vice-président des États-Unis (de 1989 à 1993) sous le président George HW Bush, a rejoint Cerberus en 1999 et il est le président de la division des investissements mondiaux de la société.

Les membres de Delta Kappa Epsilon comprennent (officiellement) cinq des quarante-six présidents des États-Unis dont Rutherford B. Hayes, Théodore Roosevelt, Gérald Ford, George HW Bush et George W. Bush.



Ci-dessus, le logo de Delta Kappa Epsilon qui est l'une des plus anciennes fraternités des États-Unis (avec actuellement cinquante-six chapitres actifs à travers l'Amérique du Nord) fondée au Yale College en 1844.

Ci-dessus, Quayle avec le président George H. W. Bush en 1989, un autre initié de Delta Kappa Epsilon


Le grand-père maternel de Quayle, Eugene C. Pulliam (1889-1975) était un riche magnat de l'édition et très influent qui avait fondé Central Newspapers, Inc, et possédait des grands journaux, tels que The Arizona Republic et The Indianapolis Star et il avait acquis quarante-six journaux à travers les États-Unis. Eugene C. Pulliam fut également le cofondateur, en 1909, avec neuf autres étudiants de l'Université DePauwGreencastle, Indiana) de Sigma Delta Chi, une fraternité de journalisme qui a ensuite été rebaptisée Society of Professional Journalists.


La société Cerberus gère environ 45 milliards de dollars US en fonds et comptes et agit comme conseiller en investissement enregistré auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis.

Né dans une famille juive, Stephen Andrew Feinberg (né en 1960) est le co-fondateur et chef de la direction (CEO) de Cerberus Capital Management avec William L. Richter.

Ci-dessus, Stephen Feinberg à la conférence Dow Jones Private Equity en septembre 2011.

Le 11 mai 2018, le président Donald Trump avait nommé Feinberg à la tête du Conseil consultatif du renseignement du président (PIAB).


Le fils de Zalmay Khalilzad, Alexander Benard a écrit des articles sur la politique étrangère des États-Unis, la politique intérieure et l'investissement dans les marchés émergents et frontaliers pour Foreign Affairs, The Wall Street Journal, National Review, World Affairs, le New York Post, Forbes, Policy Review, le Journal of Strategic Studies, Foreign Policy Digest, Foreign Policy, World Politics Review, etc.

Benard est apparu sur CNN de « No Bias, No Bull » avec Campbell Brown la « responsable des partenariats d'information mondiaux » chez Facebook.


Précisons enfin que Campbell Brown a épousé Daniel Samuel Senor (né en 1971) conseiller politique et porte-parole en chef de l'Autorité provisoire de la coalition en Irak, et qui a été banquier d'affaires au sein du groupe Carlyle (2001 à 2003).


Daniel Samuel Senor est le co-auteur, avec son beau-frère, le chroniqueur du Jerusalem Post, Saul Singer, de « Start-up Nation: The Story of Israel's Economic Miracle ». Le Wall Street Journal publia un article en septembre 2009 dans lequel Senor avait félicité le président Obama pour avoir « doublé son engagement » dans la guerre en Afghanistan.

Comme d’habitude, ne comptons pas sur les média sous contrôle pour comprendre ce qu’il se passe réellement en Afghanistan !


Ils ne nous disent que ce qu’ils ont choisi de nous « dévoiler » pour orienter notre attention.

L’essentiel n’est jamais dit.

Le Nouvel Ordre mondial avance ainsi… selon la formule de Descartes : « larvatus prodeo » (« j’avance masqué »).

Plus les mondialistes avancent dans leur projet et plus ils se dévoilent, malgré leur propagande infernale.


Soyons pourtant assurés que leur plan est condamné à l'échec, comme la fameuse Tour de Babel qui a servi d'inspiration pour le bâtiment du Parlement européen.


Ci-dessus, affiche officielle de promotion du Parlement européen






250 vues0 commentaire